Isolation du conduit de poêle : quel isolant choisir ?

Isolation du conduit de poêle : quel isolant choisir ?

femme qui isole un conduit de poêle

Outre une bonne régulation thermique, ce qu’on attend d’un poêle c’est qu’il réduise significativement la déperdition de chaleur dans une pièce et qu’il y diffuse du chaud. Mais  ce qui passe par une bonne isolation autour du conduit du poêle.

Quel matériau choisir pour isoler le conduit de poêle ?

Le conduit d’un appareil de chauffage à bois comme le poêle a tendance à transférer la chaleur vers le mur, avec pour conséquence la réduction de la performance de chauffe du dispositif. L’isolation autour du conduit du poêle permet alors d’optimiser son rendement, mais pour une isolation de qualité, le choix du matériau ne doit pas être improvisé.

Ce qui convient c’est un matériau qui ne soit pas inflammable, qui soit posé en suivant des distances de sécurité conformes aux normes de construction. Il doit permettre d’atteindre une température maximale de 50°C dans les parties habitables de la maison et 80°C dans les endroits non habitables. Dans cette optique, on conseille en général d’utiliser de la laine minérale, en particulier ses dérivés qui sont la laine de verre et la laine de roche.

La laine de roche

Elle est issue du basalte né de l’activité volcanique et est utilisée dans le bâtiment comme isolant  thermique et phonique. Elle se présente sous forme de flocons, de rouleaux, de panneaux rigides et semi rigides. Son coefficient de conductivité thermique  se situe entre 0,033 et 0,040 Watt par mètre Kelvin. Il faut noter que plus ce coefficient est moindre et plus le matériau est isolant.

Sa structure permet d’affaiblir les nuisances sonores à l’instar des bruits aériens et des impacts. Elle peut résister à une chaleur de plus de 1000°C et ne dégage pas de substances toxiques. Elle est particulièrement prisée pour ses propriétés anti incendies.

La laine de verre

homme qui découpe de la laine de verre

Ce matériau isolant thermique de consistance laineuse est obtenu par fusion à partir de sable et de verre recyclé. Elle est  abondamment utilisée pour l’isolation thermique, phonique et la prévention des risques d’incendie. D’un point de vue thermique la laine de verre présente un coefficient de conductivité thermique compris entre 0,030 et 0,040 Watt par mètre Kelvin, ce qui lui confère au même titre que la laine de roche un bon pouvoir isolant. Imperméable à l’humidité, elle est idéale pour l’isolation de la maison.

La structure élastique de la laine de verre lui permet en plus d’absorber les sons provenant de l’extérieur. Ainsi elle n’est pas seulement un bon isolant thermique mais permet aussi de réduire les nuisances sonores. Enfin, ce matériau est reconnu pour sa grande durée de vie. Posé correctement, sa durée de vie peut égaler celle du bâtiment.

Le tubage en aluminium

Le tubage consiste à positionner un conduit de fumée dans un conduit de cheminée existant. C’est un processus indispensable pour la pose d’un poêle. Ainsi dans le cadre d’une rénovation, il est conseillé d’effectuer un tubage de la cheminée existante ou d’utiliser un tubage nouveau pour la pose du poêle, même si un conduit existe déjà. Parmi les matériaux utilisés dans cette opération, l’aluminium est celui qui offre de bonnes garanties. Léger et résistant, un tube en aluminium possède des propriétés isolantes qui garantissent le maintien de la température tout en prévenant la dispersion du son.

Pourquoi est-il important d’isoler un conduit de poêle ?

femme qui se réchauffe près du poêle

L’isolation du conduit d’un poêle n’améliore pas directement ses performance thermiques, en revanche le fait d’isoler optimise considérablement son fonctionnement afin que vous puissiez profiter de la chaleur qu’il génère. Parmi les avantages directs, l’isolation d’un conduit permet de :

  • Limiter la transmission de la chaleur du poêle vers les murs. L’isolation permet de conserver la chaleur qui se trouve dans le Le grand atout d’un isolant autour d’un conduit de poêle réside dans la nette amélioration de son fonctionnement par le renforcement de sa capacité à évacuer les fumées.
  • Un conduit de poêle mal isolé est favorable à la formation de suie qui s’accumule sur le conduit entrainant un risque de feu de cheminée. Si le conduit se retrouve entièrement encombré, le risque d’intoxication au monoxyde de carbone s’intensifie.

Même si chaque fabricant peut déclarer des prescriptions de pose propres à leurs conduits isolés, les conduits de cheminée doivent au minimum répondre aux exigences de la norme DTU 24.1. C’est le document normatif de référence qui précise les règles de conception et de mise en œuvre des conduits de fumée, des tubages, des conduits de raccordement et des carneaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.