Voilelec     Retour page précédente
//
 

 Sous spi
Le 326 sous spi
 Plans 326
Feeling 326

Maj :10/07/09

 

Ce fut notre bateau entre 11/95 et 01/01. Nous l'avons beaucoup apprécié au fil des nombreux milles malgré ses petits défauts. Il a été vendu à son juste prix de 51 k€ (350 kF), très bien équipé. Il a été remplacé par le Bavaria 34.


Longueur

9.75 m

Flottaison

8.15

Bau

3.38

Tirant d'eau

1.64 m (long)

Déplacement

3900 kg

Lest long

1260 kg (plomb)

Hauteur sous barrots

1.85 m

Grand-voile

19.77 m2

Génois enrouleur

33 m2

Tourmentin

6.30 m2

Réservoir eau

140 l

Réservoir gazole

100 l

Jauge brute

9.31 tx

 

Les défauts

Table à carte à l'envers, pas de dossier. La position est intenable à la gîte bâbord amure, comme sur la majorité des bateaux, il n'y a pas de retenue latérale du siège et l'on glisse sous le vent à la gîte. Pour une bonne ergonomie, la table est trop haute de 5 cm (voir photo).

Les panneaux plexi horizontaux en avant du mât sont totalement inutiles en Méditerranée (voir chapitre panneaux), il faut les couvrir avec des prélarts en été pour éviter l'effet de serre.

Pas de faux étai largable d'origine pour gréer le tourmentin, impossible de l'envoyer avec l'enrouleur. Les nombreux coups de Mistral en Méditerranée nous ont fait souvent regretter ce manque !
La pose a posteriori est assez simple. Coté pont, se reprendre sur la cloison du puits à chaîne par une contre-plaque, cette zone est très solide, c'est très simple. Tirer une garcette tendue par la drisse de spi et un retour en pied de mât pour marquer exactement le point de fixation de la platine avant de démâter. Le faux étai doit être parallèle à l'étai. Il faut raccourcir ce faux étai pour le fixer en pied de mât au repos, et ajouter une rallonge mobile de un mètre avec crochet pélican et ridoir pour la mise en place. Certains ont posé la platine bateau gréé, à la chaise de calfat, mais cela est plus facile le mât posé sur des tréteaux.

La table du carré en position centrale est mal conçue. Les coussins tombent, l'accès est peu pratique et la forme trapézoïdale farfelue. Elle est mal fixée à la base, en porte à faux. J'ai dû refaire un ensemble d'équerres et de contre-plaques inox pour la fixer sur les planchers et diminuer sa liberté. Ils auraient du s'inspirer des aménagements du Trapper (voir la page) pour installer la table en travers, mais cela n'est pas compatible avec la version dériveur.

Rangements du carré minimalistes, équipets latéraux peu accessibles, aucun équipet à porte dans le carré, placards des cabines insuffisants. Les deux hublots de coque sont inutiles.

Le revêtement toile de jute : L'aspect reste satisfaisant dans les deux cabines pour les parois latérales, mais le problème se pose pour les plafonds. Cette toile est un sandwich, la partie collée étant une fine feuille de mousse de polyuréthanne. Cette mousse se décompose en réagissant aux solvants de la colle et de la résine. Le plafond se décolle et cloque, l'aspect est médiocre. Il est très difficile de reposer un plafond tissu. Autre défaut, cabine bâbord, les boulons de pieds de balcon, taquets, winches, sont noyés sous le tissu. En cas d'intervention il faut attaquer au cutter, et la forme torturée de cette partie laisse les cicatrices très visibles.

Un défaut mineur mais facilement correctible par un petit bricolage : Les rangements tribord (au-dessus de la cuisine) et bâbord (au-dessus de la table à carte) sont simplement suspendus, vissés au pont. Ils finissent par s'arracher. Il faut rajouter un petit morceau de tube d'une dizaine de centimètres pour mettre le coin avant en appui oblique et résoudre définitivement ce détail ennuyeux.

Sur ces photos, les épontilles tribord et bâbord à installer impérativement avant que les équipets ne s'écroulent. C'est un simple bout de tube (bâton de ski), maintenu par les têtes de vis à bois dépassant de 1 cm.

  Les épontilles rajoutées

Cette manie des autocollants à quatre sous qui ne résistent pas au soleil et qui sont affreux. Cette maladie étrange est commune à la gamme Kirié. Une vue à quai avant enlèvement des autocollants.

 Haut de page

 

Les bons côtés

Bateau très marin, bon comportement dans le mauvais temps et en conditions extrêmes.

Rapide aussi par petit temps, bon équilibre à la barre.

Bon accastillage en particulier les deux winches d'écoutes self tailing de génois, Lewmar 40. Ils sont correctement dimensionnés et biens placés. Mais le petit winch de l'enrouleur de génois et trop près du balcon et demande une manivelle courte pour ne pas accrocher.

 Lewmar 40

Cockpit agréable, bien protégé, bancs en lattes de teck très agréables. Cette conception est simple et semble la meilleure possible à la mer. L'eau s'évacue bien et la surface ne glisse pas.

Cuisine et cabinet de toilette pratiques. Dispositif classique mais il a fallu remplacer le W-C d'origine médiocre par un Lavac qui n'a jamais de problème de fuites à la pompe.

Bon rangement de l'annexe sous le banc arrière du cockpit, très facile à larguer.

Jupe bien dessinée pour le bain.

Solide reprise des haubans par tiges et plaques inox sous le pont.

L'option quille plomb est le très bon choix (hors dériveur), elle est inaltérable, mais il faudrait améliorer la reprise de masse mal faite. Voir la page sur les boulons de quille.

Hélice tripale, montée actuellement, très bien adaptée, 7.5 noeuds à 2350 tours/min, la vitesse de croisière, pour une consommation de 1.8 litres/heure, avec une autonomie de plus de 350 milles. En moyenne, le moteur étant souvent au ralenti en manoeuvres, un plein dure plus de 70 heures. Le bateau a aussi une hélice de rechange, la bipale d'origine qui pousse moins (un noeud de moins au même régime moteur).

  Tripale
Tableau électrique sur charnières, accessible et bien conçu. Tout le câblage est accessible à plat une fois ouvert.   Tableau

Fabrication de qualité correcte, les coques des Feelings ne sont pas connues pour être des victimes de l'osmose, le bateau est très sain et solidement construit. Il n'a pas la moindre trace suspecte.

  Haut de page

 

Aménagements spécifiques

Installés à l'achat :

Pilote Autohelm 1000, d'origine, trop faible par temps frais, je l'ai abandonné pour un Navico.
 Fixation pilote
Annexe très peu utilisée, Bombard 4 places. J'utilise plutôt mon autre AX2.  

Moteur Johnson 4CV, trop puissant pour l'AX2, mais bien adapté pour la 4 places.

  Johnson 4 cv

Voiles : Une grand voile très fatiguée, une GV lattée neuve et superbe, un génois fatigué, un spi neuf avec chaussette, il s'envoie et se rentre en solitaire sans aucune difficulté. (sur la photo, la vieille gv)

 Sous spi

Électronique VDO analogique complète (girouette / anémo / speedo).

 Vdo

Sondeur numérique Silva, ancien mais correct. L'oubli du cache aidé par le chaud soleil a fait éclater l'afficheur à cristaux liquides. Le SAV Silva a été efficace et m'a renvoyé un afficheur a un prix raisonnable, le changement est facile.

 Silva

Très bon enrouleur Profurl, avec un gros tambour bien conçu.

 Profurl

Bon guindeau électrique 1000 W que j'ai dû reposer sur une superbe platine inox renforcée, le mauvais montage d'origine s'étant arraché sur un blocage de l'ancre, entraînant aussi la rupture des pignons du guindeau qui ont été remplacés.

 Gindeau

VHF Sailor 2048, le meilleur matériel du marché.

  Sailor 2048

La très astucieuse jauge pneumatique pour indiquer le niveau des cuves dont le principe et une adaptation électronique seront décrits en pages "Divers ".

 Jauge

Rajouté par mes soins :

Pilote Navico TP 300c, très bien, bonne adaptation de la réponse au comportement du bateau. Le système de fixation est très pratique. J'ai ajouté une clavette inox indispensable, car il avait tourné plusieurs fois avec les vibrations en perdant le cap.
 Fixation pilote
GPS Garmin 75.
Je l'ai depuis quelques années en secours, il est sensible et fonctionne bien à l'intérieur avec sa petite antenne d'origine.
 

GPS Garmin 175 avec cartographie Navionics.
C'est un magnifique gadget, mais les cartes sont chères ! Son défaut principal est son manque de sensibilité sur antenne d'origine. Il est peu sensible et exige une antenne sur le balcon. La GA 28 est bien adaptée. Je l'utilise avec la carte couvrant la Méditerranée Nord, Baléares et moitié Sardaigne, c'est un très bon choix, donnant les détails nécessaires et suffisants (référence Navionics : MD08G32).
Je consacre un chapitre à la cartographie numérique.

Récepteur BLU Brookes & Gathehouse, bien après les modifications de l'étage d'entrée et alignements. Réception Navtex et fax météos par une électronique annexe.

 Homer

Bimini top, indispensable pour résister aux calmes sous canicule, avec moteur et pilote. Installé en 2000, il s'est avéré parfait.

 Bimini

La capote de descente ouverte est le très bon complément du bimini. Il est apprécié pour faire la veille au pilote pendant la canicule, à l'ombre dans le courant d'air, assis dans la descente et les rares jours de pluie il permet de laisser le panneau ouvert.

 Descente

 Ce qui manque pour en faire un bateau parfait :

Radar, il n'y a pas de bonne solution pour la pose de l'affichage, à cause de la table à carte inversée.

Navtex (je décrirai une réalisation maison et la réception fax dans une future page).

 Haut de page

 

  Le problème des autocollants et bandes sur les Feeling

Une vue des bandes au-dessus de la flottaison et du roof, dans un état de décomposition avancée comme sur tous les Feeling. Ces bandes ont une étrange propriété, elles se désagrègent spontanément (elles sont peut être radioactives ?) pour présenter un aspect de désolation, mais quand il faut les enlever à la spatule et au white-spirit, elles s'accrochent avec leurs petites pattes maléfiques. En voilà une belle invention…

Sur sangles après carénage. (attention photo grand format en 1629*1026 de 100 ko)

  Bande flottaison

  Panneaux de roof

  Sur sangles

Certains constructeurs ont l'idée de génie d'inclure un filet en creux au moulage de la coque, mais malheureusement pas sur les Feeling … C'est très dommage, car alors les reprises d'éclats de la bande sont d'une grande facilité.

 Elle n'est pas clickable !

Cette photo est une vue latérale, après avoir passé trop d'heures à enlever les immondes autocollants. Le décollage de la bande se fait beaucoup plus facilement à l'air chaud, mais je ne l'ai pas utilisé pour les panneaux latéraux car le hublot est trop près Je n'ai rien remis à la place.

Astuces pour la pose des bandes (de Pascal Martin) :
Utiliser un pulvérisateur à main. Pulvériser de l'eau savonneuse à l'emplacement de la bande, enlever le papier de protection et appliquer la bande, positionner à la main elle glisse mais ne colle pas. Quand elle est bien droite, passer une raclette à vitres pour chasser l'eau savonneuse. Les professionnels posent ainsi sur les camions, sur les vitres ou les bateaux. Faire un essai avec des bandes de 5 mm en vente dans les supermarchés.

 Haut de page

 

La table à carte dans le mauvais sens

Une vue intérieure du Feeling 326, la table à carte stupidement inversée, avec le siège sans dossier. Le PC portable et le matériel radioamateur ne sont pas en place, à coté du récepteur radiocassettes. Cette disposition changera, le radar viendra à la place du BLU qui passera latéralement. Le GPS du haut est le Garmin 75 en secours, sur antenne intérieure. En dessous, le Garmin 175 avec cartographie, sur antenne externe.

  Table  à cartes
Sous le VHF Sailor, le récepteur décamétrique BLU Brookes et Gathehose, qui après alignement et amélioration des filtres permet de décoder les fax et le Navtex. Il est toutefois préférable d'utiliser un récepteur dédié, voir description dans la page Navtex.

En bas à gauche de la photo, le cadran est l'indicateur de niveau, eau et fuel, basé sur un très astucieux système, décrit dans le chapitre sur la mesure des niveaux.
Un des problèmes, lié à la table à carte dans le mauvais sens, est qu'il n'est pas possible de monter l'écran du radar visible depuis la barr. Cela est gênant.

 Haut de page

 

Les panneaux inutiles

Vraisemblablement conçus par des gens habitués à ne naviguer que par ciel couvert, ces panneaux se révèlent inadaptés en Méditerranée en été. Ils sont pourtant fumés, mais laissent passer encore trop de lumière. Il faut les masquer avec des prélarts en toile. Ils fragilisent le pont et fuient quand les contraintes de vrillage sont très fortes par mauvais temps.

  Panneaux  de pont

 

Remarques après commentaires des lecteurs

Suite à cette analyse caustique, j'ai reçu les avis d'autres pratiquants de Feeling. Dans l'ensemble ils sont d'accord sur mes jugements mais me reprochent de trop mettre en avant les défauts de ce bateau et de ne pas assez insister sur ses qualités.
Je complète donc en affirmant que je le considère comme un très bon bateau, qui marche bien par tout type de temps, c'est un des meilleurs choix en occasion dans la gamme des 10 mètres qui ne vous décevra pas, maintenant que vous connaissez ses points faibles.
Les défauts des hublots ont été diminués sur les nouvelles versions par la pose d'encadrements métalliques avec doubles joints, en améliorant ainsi beaucoup un des points faibles. Les grands panneaux plexi sont heureusement passés de mode, c'est une très bonne chose pour la sécurité et la durée de vie des hublots.

En résumé, et malgré les petits défauts relevés, ce Feeling 326 est vraiment un bon bateau !

Vendu janvier 2001, remplacé par le Bavaria 34

Cette page ne contient aucun lien externe à maintenir

© Christian Couderc 1999-2014     Toute reproduction interdite sans mon autorisation