Voilelec     Retour page précédente
//
 

Appréciation des propriétaires

Maj : 05/09/02

Cette note est un document complémentaire de la page "Bavaria 34 "

Bavaria 34 "Kandinsky "

Mouillé à Thonon les Bains (Lac Léman)

Baud Georges [Georges.Baud]

BAVARIA 34 VERSION 2 CABINES : N° DE-BAVH34Y1F000. Tirant d'eau 1,85m. Eau chaude / Chauffage / 2 réservoirs d'eau / Enrouleur de grande voile / Motorisation 29 cv / Hélice tri-pale Volvo après l'utilisation de la bi-pale d'origine avec coupe-orin. Pas de hublots de coque (choix volontaire pour éliminer d'éventuelles entrées d'eau) / 220 volts. / 3 batteries. Bateau arrivé à la mi-juillet 2000 et commandé au salon de Paris. Le port d'attache du bateau est Thonon-les-Bains. Un autre Bavaria 34 a été livré la semaine dernière à Evian après commande au salon de La Rochelle 2000.

Remarque sur l'importateur Méditerranée :

Mon vendeur obligé pour la région du lac Léman. Même remarque que vous. Au salon de Paris de décembre 1999 je me suis toujours répété intérieurement pour ne pas claquer la porte "tu achètes un Bavaria pas un vendeur ".

Capots ouvrants du dessus de rouf :

On peut resserrer les capots en agissant avec un tournevis sur les axes vis des capots.

Balancine :

Est symbolique à cause du hale-bas rigide hydraulique : pour toute les navigations peut être décrochée du bout de la bôme et fixer au pataras ou au pieds du mât. Remettre à son poste sur la bôme à l'arrivée.
Elle peut être aussi utilisée comme drisse supplémentaire. Autre utilisation : peut être utilisée comme bout de la chaise de mât. L'autre bout ramené sur le winch et servant à l'ascension. Assuré avec des nœuds sur la partie de la drisse qui est en avant du winch.

Capots ouvrants de cabine - inox extérieur (*** +) / plastique chromé intérieur (- - - !) (fabrication propre ä Bavaria - Rutgerson n'a pas de modèle inox à proposer pour les Bavaria):
Leur fermeture peut être ajustée dans un sens ou l'autre en forçant avec une pince l'ergot chromé. Sur les joints des hublots, on doit passer de temps en temps un produit silicone. Les hublots du carré et de la couchette avant ont une position minimum de ventilation (quelques millimètres) et peuvent être fermés dans cette position - engagez les pattes des poignées dans le 2 éme rail supérieur. Souvent oublié par les utilisateurs.

Mat :

Le mât a une gorge parallèle - légèrement décalée - à l'entrée verticale de la voile dans le mât. On peut y mettre une voile de cape ou toute autre voile. On peut y enfiler une échelle textile de mât pour la montée dans le gréement.

Teck :

Sur le Bavaria, le teck est massif - 0,8mm - et non-plaqué.

Chauffage ou ventilation au fuel :

Peu d'énergie électrique consommée contrairement au radiateur électrique. Selon le mode d'énergie actif à ce moment là, pour son démarrage, il prend son énergie sur le moteur, la batterie ou le 220 volts. Il ne démarre pas tout de suite. Après arrêt, attendre un peu de temps - chauffage/ventilation temporisé - avant de couper l'alimentation électrique au tableau - commutateur 13. Ne pas oublier d'ouvrir ou de fermer le bouchon extérieur inox de la cheminée - partie arrière tribord sur le flanc de la coque. L'appareil de chauffage se trouve dans le coffre tribord. Le tuyau d'évacuation des gaz chauds est dans ce coffre et est emmailloté.
Dans le carré, côté tribord sur le bord de l'équipet ouvert - bibliothèque - , il existe une petite sonde noire de chauffage.
Attention le bouchon de fermeture fourni par Bavaria a plutôt tendance de partir à l'eau - percer le bouchon inox de chauffage, le fileter - il existe des clés de filetage manuelle ou que l'on peut monter sur le mandrin d'une perceuse - mettre une petite vis anneau et une chaînette à fixer au pied du balcon arrière.

Crochets fournis par Bavaria :

Les crochets doubles plastiques sont plutôt à poser sur cloisons plastiques. Les crochets chromés sur les cloisons bois.

Arrêt gaz :

Sous dossier bâbord du carré, dans le coffre prêt du moteur du réfrigérateur.

Arrêt gasoil (à 2 endroits possibles) :

Dans compartiment humide des cirées - cabinet de toilette. Attention le laisser en principe toujours ouvert. Si fermer et si le moteur tourne, peut le désamorcer. A fermer en cas d'extrême urgence - feux dans bateau ou feu dans moteur. Le réservoir gazole (en plastique grossier noir) est dans le bas du coffre tribord en dessous d'un plancher amovible. On peut aussi à ce niveau par un 2 ème commutateur d'arrêt couper la sortie de gasoil du réservoir . Sur la version à 2 cabines la capacité de réservoir est réduite à 90l.

Batteries :

3 batteries - 2 grandes pour les servitudes / 1 petite pour le moteur. Sont fixées dans le coffre du carré côté tribord. Les servitudes sont couplées entre elles. La batterie moteur n'est pas couplée aux servitudes. Sur le tableau électrique, le voltmètre sur la BAT 1 concerne la batterie moteur, le BAT 2 concerne les 2 batteries de servitude reliées entre elles.
Le 220 volts alimente uniquement les 2 servitudes mais pas la batterie moteur. Charge maxi. 14,2. Le voltmètre doit indiquer dans tous les cas une valeur supérieure ou égale à 12 volts pour le groupe de batterie 2 ou pour la batterie 1. 10,8 volts seuil de décharge (vide=10,8).
L'alternateur du moteur alimente les trois batteries par le répartiteur automatique de charge qui se trouve dans le compartiment moteur sur cloison du fond du moteur - en haut, à droite en regardant depuis le pieds de l'escalier.
Il existe un gros fusible de 125 ampères de protection au niveau batteries de servitude - gros module blanc à 2 pattes et lourd marqué Siemens. Bavaria en fournit un de réserve. Pas de fusible pour la batterie de démarrage.

Alternateur :

Au démarrage, si le voltmètre moteur - sur colonne de barre - indique un voltage, l'alternateur peut être (mais pas toujours) considéré comme bon. Dans le cas contraire - pas de voltage au démarrage - l'alternateur est probablement en panne. .

Tableau électrique intérieur :

. Tous les + sur la plaque verte avec fils rouges toujours en + ou fils noirs (toujours) en +. Mais attention au sens du
noir peut parfois être négatif.
. Tous les - sur la barrette métallique avec fils bleu toujours en -

Réservoirs d'eau :

Sous évier, choix du réservoir 1 ou 2 par le positionnement des vannes. On peut alterner et répartir les consommations. Si poignée tournée vers le bas, on fait le branchement sur le réservoir arrière. Si poignée à l'horizontal du plancher, on utilise la réserve de l'avant. Une seule pompe avec filtre démontable (on peut le passer sous un robinet) et cuve anti-bruit sous couchette arrière. Le filtre si colmaté - la pompe fait plus de bruit - par des débris ou par un voile microscopique doit être sorti de son logement et nettoyé. Chaque réservoir a une capacité de 150l (capacité totale 300l).

Dans équipet sous gazinière : 1 arrêt/sortie de vidange évier qui peut rester ouvert en navigation. Le refoulement si gîte peut se faire difficilement car l'évier et son bord sont très haut "perchés " contrairement à la cuve de WC - bords plus bas - ou les 2 arrêts/sortie des WC sont toujoursà fermer en navigation. En cas de bulle d'air dans le circuit de vidange - sur Bavaria 34 très fréquent car diamètre trop petit et coudes sévères.
Si la pompe à eau démarre une seconde sans sortie d'eau et qu'on renouvelle l'opération sans succès , il y a une fuite d'eau à quelques part. Au moment du passage d'un réservoir vide à un réservoir plein, la pompe peut demander un peu de temps pour se réamorcer.
Le compteur d'eau au tableau de bord selon le positionnement du commutateur indique la réserve d'eau du réservoir concerné - 150 litres par réservoir. C'est une réserve à 4 positions : 4/4 - ¾ - ½ - ¼ correspondant aux 4 petites sondes - petite tige se terminant par une boule - de hauteur différente que l'on trouve dans chaque réservoir en plastique dur une fois le couvercle enlevé. Si panne de pompe, on peut en enlevant le couvercle récupéré manuellement l'eau des réservoirs. Chaque réservoir à son circuit séparé et son remplissage séparé. Un seul filtre pour les 2 réservoirs sous la couchette arrière. Doit être démontés pour être nettoyé. Le lavabo de la salle de bain a son propre filtre qui doit être aussi nettoyé.

Evier :

Si bulle d'air après remplissage des réservoirs ou à l'écoulement, jouer avec la vanne qui se trouve dans l'équipet sous la cuisinière - ouverture / arrêt plusieurs fois ou prendre son mal en patience… l'écoulement se fera à la longue. Y a-t-il une solution… et le "Bavaria nouveau " a peut-être été corrigé !

Eau de douche :

L'eau de douche ne coule pas dans un puisoir de la cale : évacuation par une pompe électrique. Bouton noir à presser sur le côté du lavabo. L'évacuation demande un certain temps car l'orifice de sortie est monté trop haut par rapport au point le plus bas de la cuve de récupération des eaux usés.
En cas de douche dans la cabine de douche toujours fermer l'arrivée de la bouche de chauffage ou refroidissement pour éviter que de l'eau entre et aille à la chaudière de chauffage.

Fuite carré niveau aérateur :

à démonter la plaque et refaire le joint d'étanchéité avec du mastique de silicone.

Eau chaude du ballon :

Chauffage de l'eau par le 220 volts (pas en 12 volts) ou par l'eau de refroidissement du moteur (au moteur en 20') qui chauffe le ballon. Le chauffe eau est alimenté par l'eau des réservoirs d'eau douce. Ne pas le faire chauffer sans eau dans les réservoirs. Le chauffe eau se trouve sous la couchette arrière et doit être vidangé en hiver (mise hors gel par évacuation de l'eau restante : tuyau bleu qui se trouve dans le compartiment moteur niveau gatte).

Bagues de serrage ou coudes des circuits d'eau :

En principe - mais dépend des modèles posés - pour enlever le tuyau de ses dispositifs, on doit tout d'abord pousser le tuyau vers l'intérieur du dispositif puis en retenant le dispositif, tirer le tuyau en arrière qui s'enlèvera alors.

Rail de fargue :

On peut percer le rail de fargue pour y ajouter ce que l'on veut.

Plexiglass :

On peut découper le plexi - par ex. pour poser un aérateur ou autre - avec une scie électrique cloche ou égoïne. Le résultat sera assuré si on le fait par temps chaud et sur du plexi pas trop vieux. Pour arrêter une fissure d'un plexi y déposer de la colle cyanolite (colle instantanée / orthographe pas assuré…). Mon panneau de fermeture du rouf s'est fissuré depuis un coin de la serrure.

Confection du guindeau :

pas de support d'origine dans la baille à mouillage !
2 plaques de contreplaqué marine collées et vissées. Le biais des deux plaques pour la partie en contact avec la coque a été donné avec une petite meuleuse à disque - utilisation du flanc du disque pour râper en biais les planches - . La finition du bois a été faite avec une ponceuse électrique.
Après positionnement manuelle du plateau, collage du plateau aux flancs et à la cloison arrière par de la résine armée - choucroute - avec l'aide d'une petite spatule. Puis pose d'un grand tissu taillé au ciseau avec les biais éliminés. Puis avec l'aide d'un pinceau passage rapide d'une résine liquide catalysée sur le tissu ainsi préparé. Ajout de petits renforts de tissu. Résine puis pose d'un 2 ème grand tissu taillé et réimprégnation : 1% à 2% de catalyseur selon les températures. Attention trop de catalyseur peut amener un échauffement très fort de la résine et du support (coque d'un Bavaria 32 du port de Sciez par ex.) et le collage se fera mal. Passage plus tard d'un gel coat au pinceau. On peut être amené à utiliser un ébullateur à rouleau pour supprimer les bulles qui se formeraient. Toute le résine doit être passée rapidement car peu de temps avant sa solidification qui la rend inutilisable. Toutes les opérations ont été faites successivement - choucroute - résine liquide - gel coat.
N.b : avant la pose du plateau, les flancs de la coque et la cloison arrière pour les parties en contact avec la future résine et qui comprenaient un gel coat d'origine ont été poncées partiellement pour enlever le gel coat originel puis lavé (poussière), essuyés et fini à l'acétone (gras). Les trous de passage sur le plateau de la chaîne ont été réalisé le lendemain après séchage du stratifié en utilisant une scie cloche - pour créer un ovale assez long trois "clochages " dont celui du milieu à cheval sur les deux autres ont été fait sans traverser la planche. Les trois rondelles ainsi pré-découpées ont été "sautées> manuellement avec un crochet métallique avec un bout à 90° en prenant appuis dans le trou central fait par la cloche. Egalisation et finition des bords avec une râpe électrique à ruban et non à disque.

Ancre :

Ancre Brake de MPI : 30 mètres de chaîne de 10 et 40 mètres de câblot. Jamais essayé car pas de mouillage sur le lac

Hale-bas rigide (option):

Sous voile ou hors-voile, le bras supérieur du hale-bas rigide doit avoir au moins 3 cm de libre dans son logement. Force du hale-bas 120 Kg.

Creux de grande voile sur enrouleur :

Le creux ou l'aplatissement de la GV peut être donné facilement avec l'avale-tout de grande voile - drisse mise en circuit sans fin.

Rangement des voiles de gros temps :

Le Tourmentin et la Trinquette - voiles peut utilisées - peuvent être rangé dans le secteur de barre. Gain de place et sans danger pour la barre. Sur Kandinsky j'ai choisi de les stocker dans la 1 ère partie du coffre avant

Plafonnier :

Ampoule halogène dans le plafonnier. Feux 5 du tableau électrique.

Panneau électrique :

+ feux 1 : feux de mouillage.
+ feu 2 : feu de hune - on est au moteur.
+ feu 3 : feux de navigation voile
- 2 et 3 pour moteur
- 3 que la voile
+ feu 4 : projecteur de pont.
+ feu 5 : éclairage intérieur.
+ feu 6 : éclairage voltmètre / jauges eau (1=réservoir arrière- 2 = avant) et compas.
+ feu 7 : instrument de navigation : loch - sondeur.
+ feu 8 : prise 12 volts table à carte.
+ feu 9 : pompe de cale électrique gros débit - pompe rouge sous dernier tiroir du bas de la table du carré. A enlever ce tiroir pour y accéder.
n.b. : crépine pompe manuelle noire en bas de descente dans le compartiment qui est devant
la pompe rouge
+ feu 10 : groupe d'eau - eau sous pression chaude et froide.
+ feu 11 : pompe douche.
+ feu 12 : frigo alimenté par 220 volts convertit par le chargeur en 12 volts.
+ feu 13 : chauffage - ne pas oublier le bouchon extérieur - attention peut tomber facilement à l'eau. Doit être enlevé lors de toute utilisation comme chauffage ou ventilation.
+ feu 14 : guideau électrique (pas utilisé)
+ feu 15 : autoradio CD.
+ feu 16 : réserve.

Guindeau :

Le levier de manœuvre du guindeau manuel doit être à demeure dans le coffre de mouillage à l'avant.
Dans un port dévider toute la chaîne et la remonter manuellement au guindeau : elle viendra prendre naturellement sa place dans le coffre à mouillage et c'est aussi un bon test. Le guideau manuel est de Goïot.

Grand Coffre arrière : non-compartimenté

Prévoir des œillets de fixation pour fixer des charges ou des mains courantes pour y mettre en place des cordages correctement lovés ou autres.

Planchers :

Ouvrir les planchers de temps en temps. Assez long car une multitude de vis à fer et non à bois. Les fonds sont très sales à la sortie du chantier. Mais on y découvrira un superbe travail de varangues et un contre-moule de structure qui sont très rassurant.

Hélice tri-pale suite au carénage de Mai 2001 :

De HD MARINE (Hélice Volvo tri-pale AQUAMATIC PROPELLER / DIMENSION 14 x12 / PART NO 850659 LH) : Port Santa Lucia BP 407 83704 Saint Raphael Cedex

Pose d'une nouvelle hélice et nouveau coupe orin :
Les gens de l'importateur ont remplacés l'hélice bi-pale Volvo par une hélice tri-pale Volvo et le coupe orin à deux couteaux par un coupe orin à trois couteaux, les divers couteaux doivent être positionnés derrière les pâles et non entre les pâles. Pour ce coupe orin sur sail-drive, on doit installer une anode spéciale propre à l'orin venant du fabricant du coupe-orin. L'hélice tri-pale avant son installation a du être modifiée - sa collerette a été supprimée par meulage - abrasion- avec une meule à braiser et deux trous ont été percé à la perceuse autour de l'axe de l'hélice pour positionner dedans les deux ergots du coupe-orin qui le bloque et ainsi le solidarise avec le reste. L'hélice a été remontée sur son axe : mais avant cet axe a été entouré de graisse non-soluble à l'eau. L'hélice tripale m'a apportée plus de manoeuvrabilité au port en tout cas en marche arrière ce qui me rends plus sûr de moi-même.

Pompe à eau de rechange :

La pompe à eau d'origine Volvo est livrée avec deux joints - à monter celui qui correspond au moteur- Pour moi c'est le joint avec une proéminence. Ce joint doit être positionné sur le pourtour du carter de la pompe avec de la graisse hydrosoluble afin de le maintenir correctement en place avant de remonter le couvercle de fermeture de la pompe qui devra être visser. Pour remonter facilement cette turbine, on doit enlever la partie qui se trouve sous la dernière marche d'escalier : partie à dévisser - pas pratique.

Hublots de cabine arrière et des toilettes

Peuvent être brûlés par les spots car si ouvert en grand on peut les coller malencontreusement contre ceux-ci. La moulure en abs chromé - fait ringard - du pourtour de tous les hublots du Bavaria sont fabriqués par Bavaria et non par Rutgerson (renseignement pris auprès de Interdic l'importateur en France de Rutgerson. Ils ont une fâcheuse tendance à se décoller : seuls 4 petits patins auto collant de fixation les retiennent. Y a-t-il une solution ? En tout cas après demande à Rutgerson ils n'ont pas de solution standard de remplacement ". Mais INTERDIC vont me proposer quelques choses à eux. J'attends la réponse et vous la communiquerait si elle arrive !

Coupe batterie : gros coupe batterie rouge.

Malheureusement le coupe batterie est spécifique à Bavaria et on en trouve aucun modèle adapté sur le marché des accessoires. A faire pression sur Bavaria, pour qu'il nous en livre systématiquement un deuxième de rechange.

Réfrigérateur :

Le moteur de mon réfrigérateur n'est pas protégé du reste du coffre par une cloison de séparation : l'automne prochain j'en monterais moi-même une en veillant à percer des trous d'aération.

Panneau d'ouverture des réservoirs d'eau .

Les joints durs d'origine ont tendance à laissez passer l'eau en fin de remplissage surtout si on possède un réservoir d'eau supplémentaire à l'avant qui possède un minuscule évent dans la baille à mouillage. Carrément impossible de le remplir à fond car tout sort par le bouchon même bien fermé et remplis la partie avant du bateau. Le joint dur blanc a été remplacé par un joint mou rond (noir) avec plus de succès car depuis plus de débordement. Le réservoir arrière en standard n'a pas de problème car l'évent est généreux et bien placéà l'extérieur. Mais attention de bien bloquer le gros bouchon de vidange.

Ouïes d'aération du moteur :

Laissent passer l'eau de pluie là oú elles sont situées (propre au B34 mais pas au B37 par ex.) - au droit du capot - un ruisseau s'écoule des deux côtés par le passage existant - main en bois qui ne va pas au bout - et remplit la gatte moteur : solution se faire confectionner par une maître voilier deux petits volets de toile que l'ont dépliera ou repliera a volonté maintenu par des boutons pression et une patte en position roulée. A fixer au sommet derrière la plaque en utilisant la plaque et ses vis.- depuis plus d'entrée d'eau. Même très élégant !
Refusé le bricolage des préparateurs qui connaissant le problème vous bouchent presque carrément le passage avec du silicone et un bout de tuyau plastique. Car quid de la ventilation du compartiment moteur par les jours chauds d'été surtout qu'il n'existe pas de ventilateur de cale.

Champignon extérieur de la ventilation manuelle - niveau carré .

Quelle curieuse économie de la part du chantier un capot en maigre plastique et si un pied se pose dessous - à faire changer par un en inox qui utilise les mêmes fixations présentent sans enlever le mécanisme actuel intérieur.

Fuites, fuites, fuites à ses chères fuites - elles ont eu au moins le mérite de me faire connaître rapidement les réseaux sous-terrains cachés de nos chères voiliers….
A la livraison . - il manquait quelques tubes de silicones. Heureusement de fortes pluie en juillet 2000 au moment de la livraison on permis de découvrir des fuites pendant que les préparateurs étaient là :
-Fuite par la ventilation - tout le corps et la tête et les vis n'avaient aucun silicone.
-Fuite sur la couchette arrière par la colonne de barre : la barre d'appui qui se trouvent sur le pourtour de cette colonne était à ses trois points de fixation sans silicone et passage d'eau aussi par le pourtour du boîtier du loch-sondeur-speedo d'origine.
-Les colliers de fixation de la plomberie étaient mal sertis si bien au moment de la mise en eau des réservoirs et des circuits de nombreuses fuites sont apparues et ont nécessité de nombreuses heures de recherche et de colmatage.

Les réservoirs et filtres d'eau était encrassés dés l'origine par de la poussière de plastique, sciures de bois . il aurait suffit de fermer par précautions au chantier ces réservoirs avec leur bouchon avant certains travaux mais c'est peut être trop demander….

Sortie d'eau :

Au bout de 8 mois. A mon grand étonnement la quille en fonte était marquée par de nombreuses concrétions de rouille : petits pâtés facilement enlevable avec une spatule. L'année prochaine je pense m'attaquer à la protection de cette quille par grattage /meulage/ brossage puis produits d'imprégnation et couches de primaire.

Malgré tout cela, je ne donnerais à personne mon Bavaria - quelques bonnes soirées d'hiver à la raclette et au vin blanc du château de Ripaille et au chaud avec mon épouse - me le rendent encore plus intéressant.

Merci pour l'excellence de vos communication sur la toile - je suis entièrement d'accord avec vos remarques et votre choix - et vous souhaite bon vent à vous et à votre fidèle équipière sur votre nouveau cheval marin.

Mr. BAUD Georges / Voileu du Léman et d'eau douce.

Mai 2001.

Cette note est un document complémentaire de la page "Bavaria 34 "

© Christian Couderc 1999-2014     Toute reproduction interdite sans mon autorisation